Nouvelles cibles d’un tourisme de qualité

Les USA, l’Autriche et les jeunes urbains nord européens en ligne de mire.

Bordeaux devient tendance et n’en finit plus d’accumuler les récompenses. La ville vient d’être désignée meilleure destination touristique par le « Los Angeles Times », devant Boston et le Cambodge, rien de moins. Le renouveau bordelais et son nouvel emblème de la Cité du vin ont fait le tour du monde incontestablement. Une étude du cabinet Protourisme a estimé l’impact économique local du tourisme à 10 000 emplois et un milliard d’euros de chiffre d’affaires annuel. Et les retombées en taxe de séjour d’au moins 500 000 euros sur toute la métropole. Il est vrai que le nombre de touristes visitant la métropole a explosé, de 3 millions en 2003 à 6 millions l’an passé. « Mais nous voulons maîtriser cette croissance », explique Stephan Delau, le président de l’office de tourisme métropolitain. Pas question d’imiter Venise, Berlin ou Barcelone visitées en masse. Les nouvelles cibles sont l’Autriche, le Canada et les États- Unis, pays amateurs de vin dont les ressortissants ont un vrai pouvoir d’achat. Et les jeunes « city-breakers » du Nord de l’Europe « auprès de qui nous allons valoriser nos atouts culturels », explique Nicolas Martin, le directeur de l’office de tourisme.

JEAN-BERNARD GILLES