Tissu vivant imprimé

Elle est loin d’être la seule tant Aquitaine Science Transfert, qui transforme les brevets en entreprises, est active au coeur du campus. Mais Poietis, la société pessacaise, créée par Fabien Guillemot, docteur en sciences des matériaux et chercheur à l’Inserm, est positionnée sur une rupture technologique prometteuse. La bio impression 3D par laser, rendue possible grâce à la proximité de l’Institut d’optique et d’Alphanov. Le marché mondial est estimé à 15 milliards de dollars. Cette technologie offre des débouchés dans l’industrie cosmétique. Mi 2016, la start-up pessacaise a signé un gros contrat avec L’Oréal pour la mise au point d’un shampoing révolutionnaire visant à faire repousser les cheveux. Des productions lasers de tissus humains (morceaux de peau ou de foie) sont possibles. Fabien Guillemot vise un premier million de CA cette année. Ce n’est qu’un début.

JEAN-BERNARD GILLES