L’or aéronautique de Mérignac

130 millions d’euros sont prévus d’ici à 2021 sur ce secteur géographique

C’est la première zone industrielle de la Grande Région. Les élus ont d’ailleurs décidé de créer, sur 2 500 hectares, à cheval sur les communes de Mérignac, du Haillan et de Saint-Médard-en-Jalles, une Opération d’intérêt métropolitain (OIM) dédiée à l’aéronautique. On recense quelque 35 000 emplois sur la zone, pour l’essentiel dans le secteur privé. L’aéronautique, avec Dassault Aviation, Thales et sa nouvelle usine, Sabena, Airbus Safran Launchers au Haillan et à Saint-Médard, et la kyrielle de PME et de sous-traitants en est le moteur. Le secteur est devenu depuis plusieurs années la place nationale du maintien en condition opérationnel autour de l’armée de l’air de la Base Aérienne 106. « Nous travaillons en étroite relation avec Bordeaux Technowest sur les développements de la zone mais sur une échelle plus large », explique Camille Uri, la responsable de l’OIM Bordeaux Aéroport à la Métropole. La zone est la première sur le plan industriel de la toute Nouvelle-Aquitaine.

La Métropole a voté une enveloppe de 130 millions d’euros à investir d’ici à 2021. Une bonne part de ces sommes ira à la création d’une ligne de tram qui desservira l’aéroport. Un Bus à haut niveau de service (BHNS) moins coûteux mais qui circulera en site propre le long d’un boulevard technologique partant de l’avenue Magudas au Haillan pour desservir les 5 Chemins, la rocade à hauteur de l’échangeur 12, la gare de l’Alouette. La Métropole fera de cet investissement dans le secteur des transports et de la voirie un levier pour permettre l’éclosion de zones d’aménagement portée par des investisseurs privés.

Santé et tertiaire supérieur

On pense à l’opération Parallèle 45 (centre de congrès, hôtels,…) autour de l’aéroport, aujourd’hui fragilisée, mais qui va rebondir, Vercastel à Mérignac toujours, d’autres au Haillan, dont celle des 5 Chemins, qui sera gérée par la Métropole au départ du boulevard Technologique. Lorsqu’elles sortiront de terre, ce sera autant d’emplois en plus pour le territoire.

Les secteurs aéronautique et spatial seront confortés dans les prochaines années mais les élus, le maire de Mérignac Alain Anziani en tête, veulent aussi diversifier l’offre vers la santé et le tertiaire supérieur dont la zone de l’aéroport est l’incontestable deuxième pôle dans la métropole. « On se gare facilement », aime à rappeler Jean-Christophe Parinaud, le professionnel de l’immobilier mérignacais.

Thales et Dassault Aviation sont les deux leaders industriels qui disposent encore de foncier. Thales vient de réunir ses usines de Pessac et du Haillan sur Mérignac et accueille la direction générale d’Avionique. Éric Trappier, le PDG de Dassault, a annoncé des développements de ses capacités de maintenance et d’études sur le site. Comme le dit volontiers Alain Juppé : « Ce qui est bon pour Mérignac est bon pour la Métropole ». Alain Anziani, le maire de Mérignac et Virginie Calmels sont sur la même ligne.

JEAN-BERNARD GILLES